Il était une de ces présences de la ville.  

Chaque rue d'Avignon est un pays racontait-il. Il voyageait quotidiennement d'un continent à l'autre avec l'allure d'un prince, lui l'héritier des pharaons, gardien de la cité. Toujours paré du grand manteau bleu, couleur dont il aimait dire que c'était celle du ciel, des astres, des dieux et des veilleurs. 

Si je le connaissais depuis mon enfance, c'est en le filmant en 2013 que nous nous étions réellement rencontrés. 

Extrait de Sous le pont d'Avignon 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload